Visite de l’Hôtel 128, Street Art City, épisode 2/3

Snake s’approprie le plus grand mur de Street Art City, le pignon ouest de l’Hôtel 128

 

Nous revoilà tous au sein de l’Hôtel 128, après avoir parcouru les extérieurs, dans l’article d’il y a quelques jours, à lire ici.

En entrant dans cet hôtel désaffecté, ancien centre de formation des cadres de la Poste et reconverti en Villa Médicis du Street-art, j’ai vécu une expérience vraiment étonnante. La balade à l’extérieur, à admirer murs et hangars revisités par les artistes était particulièrement intéressante et ludique. Dans l’hôtel, tout est différent… imaginez…

128 chambres, laissées à l’abandon depuis les années 80, en sale état vous allez le voir, l’hôtel n’ayant visiblement pas été maintenu “hors d’eau” ! La plupart ont été investies par un artiste, pendant une période de l’année, telle quelle, pour en faire ce qu’ils veulent, et ensuite, seulement quand tout est terminé, cette chambre-là est ouverte à la visite.

L’hôtel, ambiance années 80…est aussi flippant que celui de Shining !

On vous donne comme consigne d’entrer seul(e) dans chaque chambre, de fermer la porte, et de vous laisser envahir par les sensations, ou tout ce que vous voudrez, que vous procure l’oeuvre… et ça fonctionne ! C’est une expérience totale. Vous aurez même une lampe-torche pour entrer dans des chambres aveugles.

ISH

Vous errez de chambre en chambre dans cette ambiance “fin de siècle“, dans des couloirs sans âge, aux moquettes d’un autre temps, bref, vous avez compris, ça date carrément ! Vous voyez de temps à autre surgir d’une chambre quelqu’un qui a l’air aussi perdu et “groggy” que vous, cela donne l’impression d’être dans un roman d’anticipation !

Les chambres sont minuscules, comportent une salle de bain ou un cabinet de toilette, et un placard, le tout pouvant être peint également. Les plafonds font parfois partie intégrante de l’oeuvre, c’est au choix de l’artiste.

Ce qui m’a fait grande impression, outre le fait d’être confinée dans un lieu aussi dépaysant dans l’espace comme dans le temps, c’est d’entrer dans des univers aussi différents en si peu de temps.

Mosko a arrondi la chambre, pour mettre en avant son tigre allongé.

 

Je vous montre seulement quelques photos, à défaut de vous faire passer l’émotion que j’ai ressenti, quelques ambiances, les toiles des artistes étant protégées par les droits d’auteur, j’imagine.

Entrez dans l’accumulation de Stinkfish (notez comme le placard est utilisé à fond !)

“Ma” 1ère chambre fut celle de Joris… j’ai éclaté de rire en entrant, très surprise par l’expérience et émerveillée qu’on puisse créer un univers comme ça dans un si petit local.

J’adore la façon dont Snek s’est emparé du plafond en intégrant le luminaire !

Ils peuvent peindre sur les fenêtres si le cœur leur en dit, comme Nosbe.

Nosbe

L’univers de Contra.

Asu
Artiz Nota Crime
Jay Bisual

Et je termine avec la folie d’Anis ! 🙂

Anis

La visite de Street Art City est vraiment une expérience en soi, prenez l’après-midi, laissez-vous envahir par l’art, on déconnecte à 100% de son quotidien ! 🙂

Pour le 3ème et dernier article, c’est par ici ! 🙂

Pour les prix, horaires et tout le reste : www.street-art-city.com

1 thought on “Visite de l’Hôtel 128, Street Art City, épisode 2/3”

  • Il est difficile de ressentir les mêmes sensations que toi au vu des photos,mais sur que se retrouver seule au centre de ces”délires” doit être assez surprenant……Encore merci Anne pour nous faire partager tes découvertes toujours très intéressantes…

Un commentaire me ferait super plaisir ! ;)

Partages
UA-65179875-1