Visite de la safranière de Bruno Bousquet à Vailhauquès et rencontre avec Mylène, son épouse.

Nous avons eu la chance de visiter une safranière locale, entre Montarnaud et Vailhauquès.

De loin, ça n’a l’air de rien, un champ vert de la taille d’un terrain de foot tout au plus. Puis on s’approche et le terrain se retrouve constellé de tâches mauves. La récolte principale avait quand même été faite le matin par des pros, mais pour les visiteurs, des fleurs avaient été laissées, pour le plaisir…et pour qu’on se rende compte de la difficulté que cela peut être d’être plié en deux pour une récolte à 2 cm du sol (leçon retenue !).

Il était difficile de ne pas marcher sur les plants une fois les fleurs récoltées, mais on a tout fait pour ne pas trop en piétiner, ça a donné lieu à des contorsions assez rigolotes à voir !

Vous saurez tout sur le safran !

Après avoir terminé notre gymkhana, Mylène, l’adorable épouse du producteur Bruno Bousquet, nous a expliqué avec passion mille choses sur le safran et je profite à nouveau de cet article pour la remercier de ce bon moment passé tous ensemble, c’était une bien belle rencontre.

Je vais essayer de ne pas trop vous assommer de chiffres, mais je trouve qu’il y a 2 ou 3 choses intéressantes à savoir sur le « crocus sativus », infos glanées çà et là pendant notre visite.

Avant tout, c’est la seule épice qui provient d’une fleur, mais avec un parfum qui n’a rien de floral, plutôt cuiré, épicé et boisé. On trouve des cultures un peu partout en France de nos jours, il faut un été très sec et un hiver rigoureux. Une bonne ondée va faire ensuite sortir les fleurs.

A l’achat, un bulbe de crocus sativus n’est pas plus cher qu’un autre crocus. D’ailleurs, Bruno et Mylène en vendent, n’hésitez pas à les consulter. On peut les acheter à partir de janvier, mais plantez les mi-août pour une 1ère récolte d’octobre à début décembre, car le safran est en dormance l’été. Tous les 3 ans, il faut changer les bulbes.

On le récolte en tirant d’un coup sûr, sur la fleur qui se donne rapidement, en n’arrachant pas les feuilles autour, puis on l’émonde pour en tirer les stigmates, au nombre de 3 normalement. Au passage, vous pouvez trouver une petite abeille toute endormie dans la fleur, cette dernière ayant des propriétés narcotiques !

Les précieux stigmates perdent 80% de leur poids en eau après dessiccation… bref, il ne reste quand même pas grand-chose, et vous savez qu’il faut en mettre peu dans un plat. 200 fleurs récoltées donneront 1 g de safran sec.

On pourrait dire que le safran est hors de prix…en fait, non, on connait son prix…un peu plus que le prix de l’or ces jours-ci, à savoir, 35000 euros le kilo ! Tellement cher qu’il est souvent l’objet de fraudes. A une époque on pouvait même trouver de la poudre de brique rouge dans le safran en poudre. Achetez-le donc bien en stigmates.

Le produit fini 

Une fois votre safran acheté, n’oubliez jamais cette règle d’or : on ne saupoudre pas cette épice à la volée, il faut absolument la faire infuser dans votre plat, et 10 mn avant la fin de la cuisson c’est idéal, car comme ça il ne brûle pas.

Sachez que nos amis du Safran du Languedoc sont présents sur le Marché de Noël de Montpellier (stand 73 ou 74, de mémoire). N’hésitez pas à venir les rencontrer, ils présenteront de délicieux produits au safran et répondront avec attention à toutes vos questions.

Nous avons acheté pour notre part confiture, confit, miel au safran (pas encore miel de safran, mais ça viendra), et un sirop au goût incroyablement long en bouche, pour réveiller des mousseux, napper des crêpes ou encore des Pélardons. Tous leurs produits dérivés sont bien sûr confectionnées avec leur propre safran. Produits Sud de France et safran naturel, sans être bio pour autant.

Safran du Languedoc Sillage d'Anne (15)

Et voici un appel aux cosmétologues : le rêve de Mylène est de pouvoir créer un onguent universel tout simple au safran…des idées ? En effet, il a d’incroyables effets thérapeutiques, allant de la cicatrisation à  la régulation d’angoisses !

www.safrandulanguedoc.fr

Vous aimerez aussi...

Vous me laissez un commentaire ?

Partages
UA-65179875-1