Restaurant coréen Umami à Montpellier : un repas autant qu’une expérience.

L’umami, c’est cette cinquième saveur (outre le sucré, le salé, l’amer et l’acide), dont on entend parler depuis quelques années, car elle a réussi à traverser les continents. Le représentant parfait est la sauce soja, mais plus généralement, on retrouve cette dorénavant-fameuse-saveur dans la cuisine asiatique.

Umami, c’est aussi le nom d’un restaurant coréen qui a ouvert à Montpellier en juillet dernier. Niché dans la petite rue Jean-Jacques Rousseau, non loin de l’épicerie fine le Panier d’Aimé, j’ai découvert ce lieu pour déjeuner avec 2 amies de France Bleu Hérault, il y a 2 semaines.

Pour ma part, ce repas a été vraiment dépaysant, avec un maître mot qui fut : “étonnant” ! Tout était nouveau, les assemblages, les différences de texture, les goûts, les couleurs. Les fans de cuisson vapeur, de plats plus “aqueux” que gras, apprécieront.

Pour débuter ce repas, j’ai commandé une infusion coréenne au sarrasin torréfié, la “Meimile cha” (3€). Une boisson très douce, à l’odeur légère de céréales, et à la liqueur claire et suave (pour les connaisseurs, rien à voir avec le thé Genmaicha). Sur les conseils du jeune homme au service, j’ai même mangé ensuite directement le sésame, au goût assez peu prononcé, il faut être honnête, un peu comme du pain mouillé. Expérience nouvelle, tout de même !

En entrée, j’ai dégusté un velouté de sésame noir à la châtaigne, au riz mixé et à la crème. (11€) La couleur anthracite est peu banale, en cuisine. C’était doux, je reconnaissais bien les 2 ingrédients principaux, sésame et châtaigne, et la texture était consistante, épaisse, mais pas grumeleuse, vraiment onctueuse.

La jolie petite fleur rose sur la photo, comestible, est une fleur de cébette (plus jolie qu’intéressante en goût) posée sur une tartine champignons et ail, très bonne.

Mon plat était un “Bibimpap“, au saumon (17,5€), mais une amie a tenté bœuf et il existe la version végétarienne.

Qu’est-ce que cela ? Dans un très grand bol, repose une couche de riz. Dessus, des légumes sautés du jour, courgettes, champignons, des pousses de soja, de la roquette, des œufs de poisson au wazabi, du saumon cru en tout petits morceaux et le jaune d’œuf. On peut ajouter tout ou partie de la sauce piquante rouge, (elle pique mais sans non plus arracher la bouche, ce que je n’aurais pas apprécié), on mélange bien le tout, on attend 2 mns, on déguste et on se régale !

Une soupe miso accompagne l’ensemble, ainsi que de petits “goodies” étonnants comme du lotus, de la pâte de poisson rose, presque élastique, et de petits légumes aux algues.

Les plats, en général, sont complets, et super sains. Un entrée/plat m’a calée toute la journée, c’était copieux. Normal aussi, le riz est présent un peu partout, jusqu’à cette expérience de dégustation finale…

A la toute fin du repas, le serveur, adorable, a proposé de nous faire déguster, à l’aveugle, un breuvage. On a de suite reconnu un alcool, mais lequel ? Belle couleur dorée, impression vague d’ananas, de fruit en tout cas, mais pas sucré, c’était une boisson…au riz fermenté de Camargue, tout faux les nanas ! Comme un saké, mais pas du tout l’impression rose/litchi qu’on connait, bien plus fin, une belle découverte.

Pas de dessert aujourd’hui, mais je tenterai la prochaine fois, car bien sûr, il y aura une prochaine fois !  🙂

La vaisselle est très belle, ce qui ne gâche rien ! Pour l’anecdote, le serveur est allé chercher en cachette des couverts pour une amie, craignant presque que la chef ne le voit, et refuse qu’on mange avec autre chose que baguettes et cuillère ! 😀 😀 Pour la minute “people”, et pour ceux qui suivent tout ça, cette dernière a été finaliste de l’émission “Masterchef” en Corée.

Voilà, tout le repas a été un moment de découverte, rien qu’à lire la carte, et franchement, ça fait du bien de manger…”autrement” !

Tout est à la carte, mais au déjeuner il y a un plat du jour avec soupe et  accompagnement à 14,90€. Evidemment les prix que je vous donne sont ceux du moment. Pour tous les prix et toute la carte, voir le site du restaurant : www.umami-cinquiemesaveur.com

Umami, 15 Rue Jean Jacques Rousseau, 34000 Montpellier

04.67.92.75.95

4 thoughts on “Restaurant coréen Umami à Montpellier : un repas autant qu’une expérience.”

Un commentaire me ferait super plaisir ! ;)

Partages
UA-65179875-1