Le Pastissou, un gâteau au noix aveyronnais “de voyage” !

Avec un nom pareil, on pourrait se tromper sur l’ingrédient principal !

Découvert au Panier d’Aimé, mon épicerie fine du centre-ville de Montpellier, j’ai eu à cœur, lors d’une visite de Rodez, de faire un détour jusqu’à Salles-Curan, au sud du Lac de Pareloup, pour aller en racheter à la Pâtisserie des Lacs, lieu de production de cette gourmandise !

Christian Saquet, le pâtissier, que j’ai pu rencontrer rapidement, et qui se cache derrière sa vitrine (faut dire que des folles montpelliéraines qui viennent d’aussi loin pour acheter un gâteau, cela peut effrayer ! 😀 ), m’a expliqué rapidement la recette de ce gâteau…dé-li-cieux !

Le Pastissou, c’est le “gâteau de voyage”, il ne craint rien ou presque, et a une date de péremption de quasi un an après l’achat. C’est un gros biscuit sablé dense et pur beurre, dans lequel se trouve au centre, une couche de noix cuites, dans un caramel décuit au beurre (décuire, c’est ajouter un autre ingrédient au caramel), caramel qui du coup ne sera ni dur ni mou, mais épais. Le gâteau est recouvert d’un glaçage meringué.

A l’ouverture, on se dit que la galette, sèche, va casser sous le couteau, mais pas du tout, cela se tient très bien et se coupe tout droit.

Il existerait depuis presque 40 ans, et Christian en a repris la recette, espérons qu’il aura aussi l’occasion de la transmettre, d’ici quelques décennies !

Du fait de sa facilité à voyager, il est sûrement vendu dans une boutique près de chez vous, ouvrez l’oeil. Pour les voyageurs, j’en ai vu à la boutique de produits aveyronnais de l’aire de Séverac-le-château, sur l’A75.

PS: regardez sur la photo, Christian fait aussi des gâteaux à la broche ! 🙂

5 réflexions au sujet de « Le Pastissou, un gâteau au noix aveyronnais “de voyage” ! »

  1. Coucou Anne, en direct de la ferme du Gazenas, où les moissons se terminent; Le Pastissou, c’est un mot occitan écrit en français, qui signifie tout simplement “petit gâteau”. En occitan, on écrit “pastisson”, car la dernière consonne ne se prononce pas et le “o” se lit “ou”. Et celui là, de pastisson, il a bercé mon enfance: mes grands-parents vivaient à Salles-Curan et ma mémé en avait toujours un dans le placard de la salle à manger, qu’elle sortait lorsque des visiteurs inattendus se présentaient. De nos jours, on le trouve sur d’autres communes, jusqu’à Paris; comme quoi, les bonnes choses….

    1. Christian, merci infiniment pour ce commentaire ! Je suis ravie de voir que vous suivez les nouvelles en provenance de l’Aveyron. Et j’aime beaucoup connaitre un peu plus mes lecteurs et leurs “histoires de vie”. Vraiment.

      Ce qui est amusant, c’est qu’en plus de la mention rapide de notre visite chez vous il y a peu, j’ai dans les tuyaux un “vrai” article sur notre visite de votre ferme ! 🙂 A suivre, donc, je ne manquerai pas de vous le faire savoir.

  2. Bof……..!! Ha et puis oui.Ce gâteau aux noix ne semble pas être un gâteau “à la noix” !!C’est du sérieux.A lire tes commentaires,je crois que je vais me mettre en chasse……….Merci Anne pour cette nouvelle trouvaille……….

    1. Ahhhh mais que voilà un gourmand démasqué ! De rien Jean, rappelle-toi, pour les gens de la région, le Panier d’Aimé, Place de la Canourgue, tu y traînes tes guêtres, parfois? 🙂

Vous me laisserez bien un commentaire ?!