Clermont-Ferrand et ses fontaines…et souvenirs de mes années de fac !

C’était l’été dernier, il faisait une chaleur pas possible dans le Massif Central, même plus chaud que chez nous à Montpellier. Avec mon amie Marie, 2 de ses filles et mon homme, nous voilà partis trouver un peu de fraîcheur auprès des fontaines de Clermont-Ferrand, mais à cause de la canicule, certaines sont hors d’eau !

Le but était aussi de déambuler dans les rues de la ville qui m’a accueillie pendant mes 4 ans de fac, et grâce à Clermont-Ferrand, j’ai rencontré cette amie pour la vie (vous allez verser une larme, là, hein?) et j’aime beaucoup y retourner.

Nous faisions cette balade avec l’office de tourisme, et elle n’est possible qu’aux beaux jours. Mais rien ne vous empêche évidemment de vous promener seuls, avec les prospectus et applications de l’OT.

Vous me connaissez maintenant, les balades sont surtout prétextes à la découverte d’une ville ou d’un village, je ne donnerai que quelques détails et infos deci-delà.

Visite des fontaines Clermont Fd Sillage d'Anne (3)

Ma (mauvaise) surprise fut de voir certaines rues en-dehors des grands axes, désertées. Pas seulement par les touristes, surtout par les boutiques. Imaginez, Montpelliérains, la rue du Petit St-Jean (au hasard…), avec tous les commerces fermés définitivement ! En 20 ans, une ville change d’aspect. Par-contre, la place de Jaude a évolué aussi, dans le bon sens, et le tramway est arrivé. Il roule sur pneumatiques, merci Michelin !

Il y a les fontaines monumentales, qui sont de vrais monuments historiques et trônent au milieu des places, les adossées et les lavoirs. L’eau vient de la rivière Allier ou des sources des volcans.

Nous commençons par la petite Place Royale, à côté de la place de la Victoire, tout à côté de la parfumerie de mon ami Pierre Guillaume. On a de là une magnifique vue sur le Puy-de-Dôme mais aussi sur une pharmacie à la devanture Art nouveau.

Cette fontaine St-Genès qui date du 19ème siècle, a un socle en pierre de Volvic. J’ai appris que la coquille de St-Jacques avait un sens différent selon qu’elle était creuse ou en relief, entre décoration ou signe d’un chemin de St-Jacques. Ici ce serait décoratif.

Nous revenons vers la place des Victoires, devant la fontaine-monument Urbain II construite à la fin du 19ème. Son bassin sert de piscine aux minots du coin car elle, est bien en eau !

Je l’ai prise en photo de derrière pour voir la cathédrale, pardon à Urbain II pour ce manque de considération… Je me suis plus approchée des griffons et des monstres ailés que du Pape !

Voyez comme avec cette pierre de Volvic (de la lave, donc) on construisait aussi bien immeubles, cathédrale que fontaines.

On se balade dans les petites rues à partir de cette grande place, pour rejoindre la place du Terrail, et au passage on passe devant de belles façades et devantures de magasins.

Sur cette place, Marie nous montre que la boutique culturelle-librairie “Ne rien faire”, est une ancienne boucherie, comme en témoignent encore les crochets.

La fontaine de la place du Terrail date de 1684. Des enfants (de lave) sont assis dans les niches sur des dauphins ! Regarder le magnifique immeuble derrière la fontaine et la belle plaque qui indique que l’eau, lorsqu’elle coule, est potable.

Je me souviens très bien de ces gros clous dans le sol, comme ceux que nous avons à Montpellier, pour faire la balade du “Camin Roumieu”. Ici, 3 balades sont possibles et nous sommes devant une jonction des 3  : sur les traces de Pascal, d’Urbain II ou de Vercingétorix.

Visite des fontaines Clermont Fd Sillage d'Anne (23)

Il y a environ 120 fontaines dans la ville, dont la moitié serait cachée dans les cours intérieures, au service des propriétaires bourgeois.

Que les Clermontois ne m’en veuillent pas, j’ai pris une ou deux libertés avec le sens de la visite, certaines photos vous donneront l’impression que j’ai rebroussé chemin ou que je me suis éloignée pour revenir sur le parcours des fontaines…c’est parfois le cas !

On entre dans la rue du Port qui abrite une église bien connue et aimée des Clermontois, Notre-Dame-du-Port. Non loin, se trouve la fontaine adossée de la coquille, devant laquelle passait la Via Arverna, qui relie Clermont-Ferrand à Cahors, sur le chemin de St-Jacques-de-Compostelle.

Belles façades, bow-windows et enseignes se succèdent à chaque numéro. La boulangerie moderne a un beau décor Art nouveau.

Nous arrivons à la Place Delille, très grande place de la ville, hors des murs d’enceinte de la cité. S’y trouvait autrefois la fontaine d’Amboise que vous découvrirez un peu plus loin. Elle fut remplacée par cette fontaine monumentale qui a le plus grand débit d’eau de la ville.

Nous rejoignons la monumentale fontaine d’Amboise qui semble à l’écart sur la place de la Poterne. Cette vieille dame a fêté ses 500 ans en 2015 et a pas mal bougé dans la ville, au point qu’on la surnomme la Voyageuse…comme si c’était pratique de tout démonter et remonter ! Elle porte le nom de son mécène, Jacques d’Amboise, évêque de la ville.

Le décor est foisonnant, animaux, végétaux comme personnes, il y a énormément de détails. Regardez la “p’tite” dame qui fait pipi, imaginez qu’au 16ème siècle, ce devait être insolent !

La balade nous fait ensuite remonter vers la cathédrale, en passant devant l’Hôtel-de-ville du 19ème, et ses fontaines jumelles adossées, une de chaque côté de l’entrée.

La cathédrale est toute proche. J’ai déjà eu la chance de monter tout là-haut lors d’une autre visite, c’est à faire. J’aime sa pendule, posée sur un balcon.

Nous la contournons pour rejoindre la Place de Jaude par les petites rues. Au passage, notez cet étonnant bas-relief en hauteur, face à la cathédrale. Dans cette rue, ce magasin de jouets a une particularité : la chaussée était il y a bien longtemps au-niveau de la fenêtre du dessus, celle en pierre de lave. J’ai oublié pourquoi, mais en soi c’est déjà notable.

La fontaine aux lions date du 16ème siècle et se compose d’un lavoir-abreuvoir.

Nous arrivons par-derrière les Galeries de Jaude et passons dans un square devant cette fontaine du 19ème, au Neptune, roi des eaux, nichée dans une grotte.

Voilà, la balade se termine, sur la place de Jaude aux fontaines toutes fermées ce jour-là, dommage, mais je reviendrai prendre une photo ! Les façades sont imposantes, sur cette place, Journal La Montagne, Galeries, Théâtre. Il y a comme un air de “villes d’eaux”.

La fontaine Wallace (du nom d’un anglais magnanime qui a offert 50 fontaines à Paris, fin 19ème) est proche de l’église St-Pierre-des-Minimes et… d’une pâtisserie emblématique de la ville. On se sépare de notre guide. A bientôt Clermont ! 🙂

Balade de 2 heures, pour 6,70€/adulte et gratuit pour les enfants de moins de 18 ans (à vérifier avec l’OT).

www.clermont-fd.com

4 réflexions au sujet de « Clermont-Ferrand et ses fontaines…et souvenirs de mes années de fac ! »

  1. mon fils habite un petit village près de Clermont (moi j’habite près de Ganges dans l’Hérault) et la prochaine fois je regarderai mieux en me promenant dans Clermont
    merci pour ce beau reportage

  2. Coucou ma CPLV !
    je me suis régalée à refaire cette visite en photos où l’ on se rend bien compte du côté très minéral du plateau central de Clermont.
    et j’ai souri en me disant que l’on avait qd mm fait très fort: la balade des fontaines…sans eau !! Mais seule notre cuvette auvergnate peut nous apporter autant de neige en hiver que de chaleur étouffante en été….et nous l’aimons ainsi notre Auvergne hein Anne !!
    gros bisous

    1. Ça oui mon amie, on l’aime l’Auvergne ! Tu as vu les photos aident bien à prendre du recul je trouve. Prochaine fois qu’on revient, on repasse par la place de Jaude ! 😉 Bisous.

Vous me laisserez bien un commentaire ?!